18 rue Bernard Dimey - 75018 Paris - 01 78 10 79 25 - contact@adsfasso.org

Appel à manifester mardi 1er mai pour un accueil inconditionnel et digne, comprenant l’accès à la santé pour tous et toutes

acces-sante-et-accueil

Une fois n’est pas coutume, demain, pour le 1er mai, l’ADSF vous invite à  joindre et à soutenir les cortèges qui se formeront dans vos villes.

Pourquoi défiler ?

Pour le maintien du service public et contre sa dégradation, qui sévit notamment dans les hôpitaux et dans les structures de santé.

Cette dégradation, nous la ressentons tous les jours au sein de notre association.

La semaine dernière encore, nous en avons eu une preuve.

Une femme que nous accompagnons à l’ADSF vit seule dans une chambre en hôtel social avec ses jumelles, qui ont 3 mois. Elle a des douleurs suite à sa césarienne, qui l’empêche de se déplacer comme elle le souhaiterait. Un déplacement d’autant plus compliqué quand on n’a pas une poussette équipée pour deux bébés.

Comme tous les bébés, ses petites filles ont besoin d’être suivies (pesée, vaccin), d’autant plus qu’elles sont nées prématurément. Ce suivi peut être effectué par une PMI (Protection Maternelle et Infantile).

Comme de nombreuses mères ne peuvent pas se déplacer pour diverses raisons (incapacité physique, pas de moyen de locomotion, etc.), les PMI ont mis en place des visites à domicile, réalisées par des puéricultrices (voir l’article à ce sujet : Quand la PMI se rend à domicile).

Nous avons donc appelé la semaine dernière la PMI de secteur de la femme que nous accompagnons et avons fait part à l’équipe des difficultés de cette femme, et donc de la nécessité pour elle de recevoir une aide à domicile. Nous avons alors appris que la puéricultrice qui effectuait les visites à domicile était partie en retraite et qu’elle n’avait pas été remplacée.

Nous n’avons donc aucune solution à offrir à cette jeune mère isolée.
Les visites à domicile font partie intégrante de la mission des PMI, et en particulier en ce qui concerne le soutien aux mères vulnérables.

Nous le savons, les situations de ce genre sont monnaie courante. Les équipes dans les hôpitaux, dans les EHPAD, travaillent en effectif réduit, ce qui les empêchent d’effectuer correctement leur travail et les mènent parfois dans des situations de maltraitance. (voir à ce sujet l’interview de personnel soignant de l’hôpital de Lyon Sud).

L’ADSF appelle également à rejoindre les cortèges de travailleurs et travailleuses sociaux et du monde de la solidarité qui dénoncent les conditions d’accueil qui sont réservées aux réfugié•e•s. Et particulièrement, concernant la loi Asile et Immigration :

  • l’échange d’informations entre l’hébergement d’urgence et l’Ofii (Office français d’immigration et d’intégration) pour les demandeurs et demandeuses d’asile et les réfugié•e•s
  • l’augmentation de la durée maximale de la rétention administrative, portée de 45 à 90 jours

(voir le projet de loi résumé)

L’ADSF déplore également les enfermements d’enfants dans des centres de rétention administrative (CRA), ainsi que les condamnations pour “délit de solidarité”.

Pour toutes ces raisons, l’ADSF vous invite à défiler demain, mardi 1er mai 2018, lors de la fête des travailleurs et travailleuses.
A Paris, le cortège commun contre la loi Asile et Immigration se donne RDV à Bastille à 14h30, sortie numéro 1. 

L’ADSF souhaite également une bonne marche solidaire à toutes les personnes qui prennent le départ de Vintimille, direction Londres, et invite à les rejoindre ! (vous pouvez les suivre ici)

Solidairement,

L’ADSF

 

Photos : Patrick Bar lors de maraudes avec l’ADSF (2018)