18 rue Bernard Dimey - 75018 Paris - 01 78 10 79 25 - contact@adsfasso.org

L’ADSF auditionnée par le HCE sur la santé et l’accès aux soins pour les femmes en situation de précarité

cover hce adsf sante femmes

Le 7 juillet dernier, l’ADSF se rendait à la remise du rapport « La santé et l’accès aux soins des femmes en situation de précarité » rédigé par le Haut Conseil à l’Egalité (HCE) à Marlène SCHIAPPA, Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes. Ce rapport a été constitué notamment grâce à l’audition du Dr Bernard Guillon, fondateur de l’ADSF.

Le HCE lutte contre les inégalités de genre, et s’est donc penché sur l’inégal accès à la santé et aux soins entre hommes et femmes. Un exemple d’inégalité ? Les femmes renoncent plus souvent aux soins que les hommes.

renoncement soin odenore

Est également citée dans le rapport, une étude précisant que les femmes précaires ont plus de grossesses à risque, moins de suivi gynécologique, moins accès à la contraception et sont plus exposées à des pathologies comme le cancer du col de l’utérus.

Forte de son expertise de terrain, l’ADSF a ainsi formulé plusieurs propositions pour lutter contre ses inégalités. Propositions qui ont été en partie reprises par le HCE. Deux points en particulier sont issus directement de l’expérience de l’ADSF :

• Pour permettre l’accès aux soins pour les femmes en situations de précarité, il est nécessaire de mettre en place des unités de soin mobiles. En effet, il n’est pas toujours possible pour ces femmes de se rendre dans des centres de soin, pour diverses raisons (déserts médicaux, barrières symboliques, peu d’attention portée à sa propre santé, etc.). L’ADSF réalise par exemple des maraudes en camion et propose de faire des frottis et des dépistages du cancer du col de l’utérus aux femmes qui le désirent.

Les horaires d’ouverture des lieux de soins doivent être adaptés aux parcours de vie des femmes en situations de précarité. Des consultations sans rendez-vous doivent être également possibles. Il est très difficile pour des personnes en situation de survie d’honorer des rendez-vous à jour et heure fixes, surtout si le délai entre la prise de rendez-vous et le rendez-vous lui-même est long. L’ADSF propose ainsi des maraudes le soir, période du jour à laquelle il est plus facile de trouver les femmes en question (bidonvilles, hôtels sociaux, etc.). De plus, l’ADSF donne systématiquement le choix à la personne d’être accompagnée par un ou une bénévole pour se rendre à un rendez-vous médical.

De nombreux autres chiffres et faits concernant l’accès aux soins et à la santé pour les femmes précaires sont à retrouver sur le rapport du HCE. Vous trouverez également d’autres recommandations formulés par le HCE vers les pouvoirs publics en charge de cette problématique.
Le HCE propose deux grandes approches : une approche intégrée, qui suppose d’intégrer le genre dans les politiques publiques existantes de lutte contre les inégalités sociales de santé et une approche spécifique, qui vise à développer des dispositifs appropriés pour répondre aux problématiques spécifiques des femmes en situation de précarité.

L’ADSF espère vivement que ces recommandations seront entendues.

Pour poursuivre ces activités essentielles de maraudes, sur le terrain, et ainsi accompagnées les femmes pour bénéficier de leur droit à la Santé, nous avons besoin de vous :

don adsf femmes santé

• 28€ permet la réalisation d’une consultation d’évaluation auprès des femmes sur le lieu de vie et la distribution de produits d’hygiène féminine.