18 rue Bernard Dimey - 75018 Paris - 01 78 10 79 25 - contact@adsfasso.org

TÉMOIGNAGE NAÏLAT, INFIRMIÈRE BÉNÉVOLE

Bonjour !

Je m’appelle Naïlat et je suis infirmière libérale à Paris. C’est par une annonce dans un journal de mon quartier que j’ai pris contact avec ADSF. Cette association recherchait en plus des gynécologues et des sages-femmes, des infirmières pour effectuer des maraudes auprès des femmes vivant dans la rue. J’ai d’abord rencontré Maria qui m’a expliqué l’association, son histoire depuis sa création et le public concerné par les maraudes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERADébut juillet 2016, je suis partie pour ma première maraude avec Julia et Valentine, toutes les deux sages-femmes. J’ai découvert un bidonville  à Saint-Ouen dans lequel vit  une communauté de Roms assez nombreuse. Femmes, hommes et enfants s’entassent dans des conditions déplorables avec 3 robinets d’eau pour seul confort, pas d’électricité, les toilettes derrière les cabanes. Je n’avais aucune idée de leurs conditions de vie et ce fut quand même un choc de voir ces enfants courir cul nul dans la gadoue et tout sourires.

 

Les besoins de santé sont aussi nécessaires pour les femmes que pour les hommes, adultes et enfants confondus.

ADSF permet aux femmes un bon suivi de grossesse puis des premiers soins aux nouveau-nés avec une bonne éducation de la maman quant à la vaccination , à la contraception et tout ce qui concerne la santé des femmes et des enfants.

Les hommes, parfois, font appel à nous lors d’une maraude parce qu’ils se sont blessés ou souffrent d’un eczéma ou ont d’autre besoin de santé. Nous avons toujours la possibilité de les orienter sur des structures de santé capable de les accueillir en fonction de la demande.

J’ai beaucoup de plaisir à travailler avec cette population qui malgré ses conditions de vie difficiles sont d’une gentillesse absolue, toujours prêts à partager avec nous un moment de musique, de  danse et leur repas.

Quel dommage que les enfants ne puissent être scolarisés du fait du refus des mairies concernées ….

La demande est grande pourtant.

Naïlat Barmada, infirmière libérale à Paris.